Grossesse maman enfant


tout sur les bebes
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Derniers sujets
» L'après accouchement
Mer 13 Mar - 22:03 par sandy08

» Maux de la grossesse
Mer 13 Mar - 21:56 par sandy08

» La constipation
Mer 13 Mar - 21:51 par sandy08

» les hémorroides
Mer 13 Mar - 21:50 par sandy08

» L'hypertension artérielle
Mer 13 Mar - 21:50 par sandy08

» La toxoplasmose
Mer 13 Mar - 21:49 par sandy08

» La clarté nucale
Mer 13 Mar - 21:48 par sandy08

»  Le streptocoque B
Mer 13 Mar - 21:47 par sandy08

» Semaines de grossesse ou semaines d'aménorrhée?
Mer 13 Mar - 21:46 par sandy08


Partagez | 
 

 Maux de la grossesse

Aller en bas 
AuteurMessage
sandy08
Admin


Messages : 110
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 28

MessageSujet: Maux de la grossesse   Mer 13 Mar - 21:56

La listériose

Cette bactérie dont l’origine est animale et qui se développe chez l’homme principalement par voie digestive dans nos aliments est bénigne chez les personnes saines mais elle peut être extrêmement grave pour votre fœtus ainsi que chez les personnes âgées ou immunodéficientes. Le germe responsable est la listeria monocytogenes.

Comment se transmet-elle ?
Le germe responsable est la listeria monocytogène, il contamine nos aliments comme le lait, le fromage, la viande, préparation charcutière... Cette bactérie a une très bonne résistance au froid jusqu'à 3°c, ce qui explique sa propagation dans nos frigidaires mais aussi dans la chaîne d’alimentation Industrielle.

Quels sont les symptômes ?
Ils sont difficiles à desceller car ils peuvent prêter à confusion et être associés à d’autres symptômes mais généralement cela commence par une fièvre ou un état grippal, elle peut être associé à d’autres symptômes comme la diarrhée, le mal de gorge (type angine), le mal de tête,mal de dos, courbatures, méningite, infection urinaire.

Quel est le traitement ?
Votre médecin vous prescrira des antibiotiques.Sachez que descellée à tant, cette maladie se soigne bien et mettra surtout à l’abri votre bébé.

Comment la prévenir
La meilleure façon est encore de supprimer certains aliments durant votre grossesse et de respecter des règles d’hygiène.

Les aliments à éviter :
- Les fromages au lait cru
(enlever les croûtes des fromages et ne pas consommer de fromage vendu râpé),
- Les Poissons fumés, coquillages crus, tarama, surimi, etc...,
- Graines germées crues (soja), le persil
- Les viandes hachées ou pas assez cuites
- Charcuterie : rillettes, pâtés, foie gras, produits en gelée, etc...

Les règles d’hygiène
Lavage des légumes crus, crudités et herbes aromatiques, Cuisson ou recuisson suffisante des aliments crus d’origine animale (viande, poisson, lardons, etc... )

Attention aux steaks hachés , aliments reconstitués qui sont susceptibles d’être contaminés
en masse et doivent donc être cuits à "coeur".Réchauffage suffisant et consommation
rapide des restes alimentaires et des plats cuisinés, Conserver les aliments crus séparés
des aliments cuits ou prêts à être consommés (contamination d’un aliment à l’autre),

Lavage soigneux des ustensiles de cuisine et du plan de travail.
Nettoyage et désinfection réguliers (eau de Javel) du réfrigérateur, contrôler sa température (4°C), Respecter les dates limites de consommation et lavez-vous souvent les mains !


La rubéole

C’est une infection virale qui est extrêmement contagieuse, elle survient le plus souvent durant l’enfance. La rubéole reste une maladie bénigne qui a pour effet de vous immuniser une fois la maladie incubé.

En revanche pour la femme enceinte la rubéole est grave car le risque de transmission au fœtus est grand et il peut entrainer de graves malformations.

Quels sont les symptômes ?
Dans de nombreux cas, la maladie est discrète voir inapparente ou elle se manifeste par de la fièvre, une éruption cutanée formant des petites taches rosées ou encore des ganglions légèrement enflés autour de la nuque et du cou.


Comment la prévenir ?
Pour commencer il est important de faire un serodiagnostique (prise de sang) pour savoir si vous êtes négative et pas encore enceinte : faites-vous vacciner et continuez votre contraception le temps de la vaccination entre 2 à 3 mois.

Vous êtes négative et enceinte ?
La meilleure des façons est de se tenir éloigné de toute source contagieuse et cela préférablement toute la durée de la grossesse mais surtout les premiers mois.

Enceinte et vous pensez être infecté?
Ne tardez pas à consulter immédiatement votre médecin qui vous prescrira des analyses de sang pour faire un serodiagnostique.

Si vous êtes positive, il faudrait vérifier par une amniocentèse que votre enfant n’a pas contracté la maladie et essayer de découvrir des anomalies. Le risque de perte du bébé est grand donc il est fortement conseillé de vous faire vacciner avant de commencer votre grossesse.



La trisomie 21

Qu’est se que la trisomie 21
Elle se caractérise par une déficience de la 21 ème paire de chromosome qui se constitue de 3 chromosomes au lieu de 2. Le nombre normal de chromosome étant de 46 l’enfant trisomique possède 47 chromosomes et c’est malheureusement ce chromosome supplémentaire qui est responsable du mongolisme.

Quand et comment dépister la trisomie 21
C’est entre la 16 ème et 17 ème semaine d’aménorrhée que le dépistage de la trisomie 21 est effectuer en analysant le liquide amniotique, mais ont peu aussi la dépister de 2 autres manière

1) en faisant une biopsie du trophoblaste pendant la 10eme semaine.
2) A partir de la 20eme semaine en ponctionnant du sang foetale

Les critères d’analyse sont
l’age de la future maman, l’épaisseur de la nuque qui est mesurée a l’échographie à la 12e semaine que l’ont appel « la clarté nucale » Les marqueurs sériques, qui est une analyse de sang pratiqué entre la 14e et 17e semaine.C’est le bilan de ces examens qui conduira votre médecin a vous proposé une amniocentèse.

Qui peut être concerné
Les femmes de 38 ans et plus car on considère que le pourcentage est plus fréquent à partir de cet âge. Si l’analyse de votre dosage de marqueurs sérique indique un risque élevé.Pour toutes celles qui ont déjà données naissance à un enfant présentant des malformations.
Si un des conjoints présente une malformation du caryotype.



La grossesse extra-utérine

C’est un cas particulier a ne surtout pas prendre a légère ! Attention c’est une urgence médicale car cela peut entrainer chez la femme enceinte une fissure de la trompe pouvant créer une hémorragie interne avec des conséquences grave ce qui peut mettre la vie de la femme en danger.

Que se passe t’ il
L’œuf s’arrête dans une trompe au lieu de continuer son chemin normal jusque dans l’utérus. En se fixant dans la trompe l’œuf va abimer la paroi et provoquer une fissure de la trompe pouvant aller jusqu'à l’éclatement de la trompe.

Une grossesse extra-utérine n’a aucune chance d’évoluer car la durée de vie de l’œuf ne peut dépasser les 14 semaines.

Ce qui doit vous alerter
Des pertes de sang épaisses et sombre pouvant subvenir souvent avant la date prévue de vos règles.Des douleurs violentes et intenses dans le bas-ventre, comme une sensation de coups de couteaux avec des sués proche du malaise.

Comment la diagnostiquer ?
Le dosage de l’HCG défini l’état de grossesse. Une échographie pour confirmer que l’utérus et vide alors qu’il y a une grossesse confirmée par la prise de sang et la présence d’une masse anormale dans une trompe.

La coelioscopie grâce à un petit tube muni d’un système de visualisation permettra de valider le diagnostique du médecin, cette intervention se pratique sous anesthésie générale ce qui permet d’opérer la patiente si l’existence d’une grossesse extra-utérine est bien confirmée.

Est il possible d’éviter l’opération ?
Dans certains cas, le médecin pourra injecter un médicament permettant d' arrêter la division cellulaire de l’œuf et de le détruire, cette intervention permet d’éviter l’opération et l’hospitalisation, cependant cela demande une surveillance rigoureuse durant quelques semaines.

A savoir
Après une grossesse extra-utérine n’utilisez pas de stérilet






La grossesse sur fibrome

Le fibrome est une tumeur bénigne qui se développe dans le muscle utérin. Durant la grossesse, le fibrome aura tendance à grossir parallèlement au muscle utérin

Avant la grossesse
Desceller un fibrome n’est pas toujours évident car il souvent indolore cependant une échographie mettra en évidence la présence d’un ou plusieurs fibromes.
Si vous avez des problèmes d’infertilité ont examinera la cavité utérine grâce a l’hystérographie.

Ce qui peut vous alerter
- Une infertilité.
- Une sensation de pesanteur pelvienne.
- En cas de ménorragie (règles abondante et plus longue) ou de métrorragie
(saignement en dehors des règles).

Quelles sont les conséquences sur la grossesse ?
Dans la plupart des cas, les fibromes sont sans aucun effet et cela durant toute la grossesse, cependant une grossesse sous fibrome demande une surveillance plus étroite car si le volume fibrome grossi anormalement cela peu augmenter le risque de fausse-couche ou d’un accouchement prématuré ces cas reste plus rare.



Le placenta praevia

Le placenta, qui permet l'échange d'oxygène et de nutriments entre la maman et le bébé, est essentiel à la grossesse. Cet organe important peut toutefois être sujet à une anomalie que l'on appelle placenta praevia. Point sur la question.

Qu'est-ce que le placenta praevia?
Le placenta praevia est une anomalie d'insertion du placenta dans l'utérus. Généralement, le placenta s'installe dans le fond de l'utérus, mais dans le cas du placenta praevia, il s'insère trop bas et donc trop près du col, et se retrouve donc sur le chemin du bébé lorsque celui-ci devra venir au monde.

Ce positionnement ne pose pas de problème en début de grossesse, car le placenta a tendance à remonter vers le fond de l'utérus au fil des mois. On parle alors de "placenta bas inséré" les deux premiers trimestres, car il peut encore se déplacer, et on utilise le terme de placenta praevia à partir du troisième trimestre, quand l'anomalie ne s'est pas corrigée.

Une grossesse sur 200 est concernée par le placenta praevia, et les risques augmentent avec l'âge et en cas d'une grossesse multiple.

Comment savoir si le placenta est praevia?
C'est l'échographie qui permet de se rendre compte du mauvais positionnement du placenta. Des échographies répétées permettront par la suite de suivre l'évolution du placenta, pour voir s'il remonte vers le fond de l'utérus.

Des saignements, des douleurs ou des contractions en début de grossesse peuvent aussi révéler un placenta praevia. Mais attention, ces signes peuvent aussi ne rien révéler d'inquiétant ou au contraire faire penser à une fausse couche : seule l'échographie peut déceler avec certitude les causes de ces problèmes.

Quels sont les conséquences et les risques du placenta praevia?
Comme la partie inférieure de l'utérus est mobile, les contractions habituelles de la fin de la grossesse peuvent entraîner un décollement partiel du placenta, et provoquer une hémorragie.Les risques de prématurité sont aussi plus élévés. Une grossesse à placenta praevia doit donc être surveillée de près.

Ensuite, l'accouchement peut aussi être compliqué, car le placenta praevia rend difficile le passage du bébé par voie naturelle, et une césarienne peut s'imposer. Si le placenta est recouvrant, c'est à dire s'il recouvre tout le col de l'utérus, la césarienne devient inévitable.




La souffrance fœtale

On parle de souffrance fœtale lorsque le bébé connait un problème d'oxygénation.
Elle peut se produire pendant la grossesse, auquel cas on parle de souffrance fœtale chronique, ou lors de l'accouchement, on parle alors de souffrance fœtale aigüe.

Qu'est-ce que la souffrance foetale chronique et quelles en sont les conséquences?
Quand il y a une diminution de l'oxygénation du bébé pendant la grossesse, le rythme cardiaque se ralentit. Pour mesurer la gravité de l'hypoxie (insuffisance d'oxygène), le médecin a recours au monitoring qui va enregistrer le rythme cardiaque, et ainsi permettre d'identifier d'éventuels troubles. L'échographie peut aussi déceler une souffrance foetale chronique en mesurant le bébé, car elle entraîne souvent un retard de croissance.

Si une souffrance foetale chronique est constatée, et que sa gravité est importante, la grossesse peut être interrompue au risque de donner naissance à un bébé prématuré.


Qu'est-ce que la souffrance foetale aigüe et quelles en sont les conséquences?
Lors de l'accouchement, des capteurs enregistrant le rythme cardiaque du bébé, et reliés au monitoring, sont posés sur le ventre de la maman. Lorsqu'une anomalie du rythme est constatée, et qu'elle persiste ou s'aggrave, le médecin peut devoir accélérer l'accouchement par des moyens médicamenteux ou en utilisant des instruments, ou pratiquer une césarienne.

Pour surveiller la bonne oxygénation du bébé, on peut aussi placer des capteurs sur son crâne quand il sera assez engagé, ou bien analyser son sang en en prélévant une petite goutte.





Les nausées


Bien connues des futures mamans, les nausées touchent entre la moitié et les trois-quarts des femmes enceintes. Emouvantes au début, elles peuvent vite devenir pénibles ! Quelques petites astuces pour mieux vivre son premier trimestre...

Pourquoi la femme enceinte a-t-elle des nausées?
Eh bien... on ne connaît toujours pas les causes exactes !
Par contre, on sait que plusieurs facteurs interviennent. Le grand responsable serait le taux d'hormones qui s'élève subitement au début de la grossesse, et qui en plus des nausées, entraine sautes d'humeur et envies surprenantes.

Le système olfactif est lui aussi pointé du doigt, car il devient plus sensible pendant la grossesse, et la future maman ne peut plus supporter des odeurs qui ne la gênaient pourtant pas auparavant. Enfin, pour ne rien arranger, l'estomac de la femme enceinte est lui aussi fragilisé, car il est devenu plus acide, et subit des brûlures.

Chacune ses nausées !
Toutes les femmes ne sont pas égales devant les nausées : alors que certaines en ont le matin, d'autres vont avoir mal au coeur pendant la journée. Si d'une manière générale les nausées apparaissent autour de la 5ème semaine, certaines les voient disparaître à la 15ème semaine quand d'autres en auront tout au long de leur grossesse (même si généralement elles cessent au bout du troisième mois).

Enfin, il se peut que certaines futures mamans ne ressentent pas vraiment de nausées, mais juste un léger dégoût pour les aliments, tandis que d'autres vont connaître de véritables vomissements. Alors à celles qui s'inquiètent de ne pas avoir de nausées, remerciez plutôt la nature !


Petits trucs contre les nausées
Bien sûr, il faut faire attention à son alimentation, mais aussi à vous !
Côté assiette, fractionnez vos repas en mangeant légèrement : d'un votre estomac sera moins surchargé, et de deux, une fois au travail il vous laissera tranquille.
Le mieux est de prendre un vrai petit déjeuner, une collation dans la matinée avant de déjeuner, puis une collation dans l'après-midi avant de dîner.

Choisissez bien vos aliments, sachant que les féculents (pâtes, riz, pommes de terre, pain...) sont les plus digestes. Evitez les aliments trop gras, ainsi que ceux qui dégagent une odeur trop forte comme les épices, le poisson ou encore le fromage.

Si la nourriture vous repousse trop, optez pour des aliments froids qui dégagent beaucoup moins d'odeurs. Enfin, évitez de boire trop d'eau au moment des repas pour ne pas surcharger votre estomac, et préférez les boissons gazeuses et les sodas réputés pour leurs propriétés apaisantes.


Côté vous, bannissez le stress
levez-vous en douceur et en respirant calmement, si nécessaire buvez un verre d'eau avant de sortir du lit. Choisissez ensuite une petite activité physique pour vous stimuler, car les nausées viendront moins souvent. Mais attention, le but est de vous stimuler dans la douceur, et non pas de vous relancer les nausées !
Enfin, si elles vous prennent quand vous nettoyez ou quand vous préparez à manger, passez le relais au futur papa qui se découvrira peut-être une vocation de fée du logis...




Les M.S.T

En net recul les années précédentes grâce à l'utilisation du préservatif, les MST (maladies sexuellement transmissibles) profitent de la baisse de vigilence face au SIDA et reviennent en force.

Qu'est-ce qu'une MST?
Une MST est donc une maladie qui se transmet par les voies sexuelles, et qui peut être dûe à un virus, à une bactérie ou à un champignon. Ces maladies posent un problème par leur caractère très contagieux. Elles peuvent être transmises par les voies génitales ou anales, et par les caresses buccales.

Alors que certaines MST passent inaperçues, d'autres peuvent se manifester par des écoulements ou des saignements anormaux au niveau des organes génitaux, ou encore par des irritations pouvant aller de la simple sensation de brûlure à de véritables démangeaisons. Enfin, une femme enceinte atteinte par une MST peut la transmettre à son bébé et l'exposer à de graves problèmes de santé.

Quelles sont les principales MST?

Le SIDA
Le SIDA est une maladie causée par le VIH, virus qui s'attaque au système immunitaire. Lorsque le virus est présent mais que la maladie ne s'est pas déclarée, on parle de séropositivité : le patient est en bonne santé, mais comme il est porteur de la maladie, il est lui aussi contagieux.
Lorsque la maladie se déclare, on observe une dégradation de l'état général, avec amaigrissement, fièvre, diarrhée et éruptions. Le SIDA est une maladie mortelle, pour laquelle aucun vaccin et aucun moyen de guérison n'existent.

L'hépatite B
L'hépatite B se transmet par les voies sexuelles, le sang, et la salive. Si elle n'est pas traitée, elle peut engendrer une infection voir un cancer du foie. Ses symptômes sont, entre autres, de la fièvre et une fatigue importante.

L'herpès génital
Cette maladie est particulièrement gênante par son caractère irrémédiable : une fois infecté, on le reste toute sa vie, et aucun traitement ne peut le guérir. L'herpès se manifeste par des poussées de boutons accompagnées de démangeaisons autour des organes génitaux, de la bouche et de l'anus.

La syphilis
La syphilis se déclare par une plaie au niveau des organes génitaux, puis plus tard par des éruptions sur le reste du corps, ainsi que dans la bouche et la gorge. Elle est accompagnée de fièvre et d'une forte fatigue, néammoins elle peut être soignée à l'aide d'antibiotiques.

L'infection à chlamydiae
Cette infection est caractérisée par des pertes vaginales et des saignements anormaux, ainsi que par des sensations de brûlure. Le danger de cette maladie est que la plupart du temps elle passe inaperçue, hors si elle n'est pas traitée comme il faut, elle peut entraîner une infection des trompes pouvant amener à une infertilité.

La blennorragie
La blennorragie est une infection qui entraîne des écoulements anormaux, accompagnés ou non de douleurs et de démangeaisons. Elle peut être soignée avec des antibiotiques.

Les condylomes
Ce sont des sortes de verrues qui apparaissent sur les organes génitaux, ainsi qu' autour de l'anus et de la bouche. Là aussi cette maladie peut être soignée, mais on observe bien souvent des récidives.

Non aux MST!
Ces différentes MST sont bien plus que de petits désagréments : elles peuvent être mortelles comme le SIDA, incurables comme l'herpès, et avoir de graves conséquences comme c'est la cas avec l'infection à chlamydiae (infertilité).
Le seul moyen de ne pas être infecté est d'utiliser un préservatif pour tous les actes sexuels, aussi bien dans les rapports hétérosexuels que dans les rapports homosexuels.




Le distilbène

Si la nocivité et les conséquences néfastes du distilbène ne sont plus à démontrer, ses effets continuent de toucher certaines femmes qui y ont été exposées et qui le découvrent seulement aujourd'hui.

Qu'est-ce que le distilbène?
Le distilbène, ou diéthylstilbestrol (DES), est une hormone oestrogène de synthèse, qui a été massivement prescrite aux femmes enceintes menacées de fausse-couches pour prévenir celles-ci. Sa période de prescription s'étend des années 50 à 1977.

Quelles ont été les conséquences néfastes causées par le distilbène?
Le distilbène est à l'origine de malformations et d'anomalies au niveau de l'utérus, du vagin et des trompes des bébés-filles qui étaient dans le ventre de leur mère au moment du traitement. On oberve ainsi chez les filles distilbènes des utérus anormalement petits, des béances du col de l'utérus, des malformations des trompes, des anomalies de la glaire cervicale ou encore un trouble de l'ovulation, voir une absence totale. Des cancers du vagin et du col de l'utérus peuvent également apparaître, ainsi que des adénoses (plaques recouvrant la paroi vaginale et le col de l'utérus).

Toutes ces anomalies peuvent aller jusqu'à entraîner la stérilité ou l'impossiblité de mener une grossesse à terme (fausse-couches répétées et accouchements prématurés).
Le distilbène a également entraîné des anomalies chez les hommes qui peuvent être sujets à des malformations au niveau des testicules.

Qui est concerné?
Les premières concernées sont donc celles dont la mère a pris du distilbène pendant leur grossesse. Celles qui sont nées après 1977 ne risquent rien puisque c'est l'année où les prescriptions ont été arrêtées.

Si vous pensez être concernée, sachez que les malformations et les difficultés à tomber enceinte dépendent de l'importance de l'atteinte : alors que certaines filles distilbènes n'arrivent pas à tomber enceinte ou à mener leur grossesse à terme, d'autres arrivent à avoir des enfants sans aucun problème.



La grossesse chez la maman diabétique

La grossesse des femmes diabétiques doit être suivie de très près à cause des complications provoquées par le taux de sucre trop élevé dans le sang. Seule une vigilence accrue et un traitement adapté peuvent assurer le bon déroulement de la grossesse.

Quels sont les risques liés au diabète?
Le diabète non traité pendant la grossesse peut tout d'abord entraîner de graves malformations cardiaques, nerveuses, pulmonaires ou encore osseuses. Le bébé de la maman diabétique a souvent un poids élevé (aux alentours de 5 kg) rendant parfois la césarienne nécessaire, et il peut présenter une hypoglycémie à la naissance. Le liquide amniotique, trop abondant, peut aussi compliquer sérieusement l'accouchement.

Du côté de la maman, celle-ci peut développer une toxémie gravidique (pré-éclampsie) pouvant conduire à la crise d'éclampsie parfois fatale au bébé et à sa maman, et les risques d'accoucher prématurément sont plus élevés.

Comment traiter le diabète de la future maman?
Qu'elle soit de type 1 (insulinodépendant, c'est à dire que l'organisme ne produit pas ou peu d'insuline) ou de type 2 (résistance de l'organisme à l'insuline), la future maman diabétique devra procéder à des injections d'insuline afin de rééquilibrer le taux de sucre dans son sang, tout en suivant un régime alimentaire spécifique. Si elle est diabétique de type 2, elle devra troquer ses anti-diabétiques oraux (sous forme de médicament) contre l'injection d'insuline qui constitue déjà le traitement des diabétiques de type 1.

Cette prise en charge de la future maman diabétique doit débuter bien avant sa grossesse car il faut qu'elle prépare son corps et que sa glycémie se stabilise avant la conception, à cause des risques de malformations : la grossesse doit donc être programmée. Même si la future maman suit déjà un traitement, elle doit l'adapter à l'aide de son médecin car la grossesse modifie la glycémie.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mamanbebe.forumsdediscussions.com
 
Maux de la grossesse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grossesse maman enfant :: santé-
Sauter vers: